Murger

Murger — Patrimoine : architecture ; agriculture N. masc. Muret de pierre sèche séparant les parcelles, et faisant également office de frontière avec le pays jurassien voisin, quoique ratrait (cf. Ratrait)

 

  1. Témoignage
    « Je m’appelle Ambroisie. J’ai traversé l’Atlantique dans la cale d’un bateau, accrochée aux semelles usées d’Antonio parti fouiller les rivières du nord pour y trouver de l’or. En vain.
    Antonio est de retour au pays. Une terre grasse et sombre a fait place au sable doré du désert. Entre deux falaises calcaires blanches, sous le pont de Molinges, le pied d’Antonio glisse sur de pierres polies par les eaux bouillonnantes. Le petit bloc de terre qui se cramponnait à la semelle, se détache et me voilà lancée à vive allure dans le cours d’eau.
    De mon état de dormance, je passe tout soudain à l’état de survie, attentive à toute possibilité d’amerrissage.
    Dans une boucle du lit de la rivière, un vieux mur de pierre sèche m’accorde l’hospitalité. Je me repose sur une litière d’herbes rampantes, toutes hérissées par mon arrivée impromptue. Je ne suis pas là seule intruse. Glands, fraisiers, brindilles, herbes des moines, trèfles, fougères, fourmis, escargots, foisonnent. Cette jeune colonie semble se reproduire ici depuis des temps immémoriaux. La trace des ancêtres s’inscrit à même la pierre, dans des formes fossilisées à l’infini.
    Créature du voyage, ici je choisis vivre. Akène je fus, graine je germerai au pied du mur de pierre sèche. »

    MC — bibliothèques

  2.  

  3. Ce qui unie sépare, et ce qui divise associe.

    FB — bibliothèques

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *