Vogue

Vogue — Société : loisirs | Patrimoine : fêtes N. fém. Fête païenne

 

  1. Je m’ennuie. Le mois de Juin. Il est dix-huit heures, je sais où je peux aller : La Vogue !
    Pour y aller je passe par la rue du Pré qui est joyeuse, festive, gaie, conviviale.
    Nous sommes en été : les vitrines des magasins sont magnifiquement décorées avec des fleurs, des panneaux aux couleurs claires, les restaurants ont sorti leurs terrasses, les gens mangent dehors, rigolent en famille, avec des amis, dans l’air la délicieuse odeur des mets préparés par ces restaurants, des frites, des sandwiches, des légumes.
    Tout le monde s’amuse, il n’y a pas de nuages à l’horizon, le temps est doux.
    Une petite brise passe sur mon visage, elle est douce comme le temps.
    À ma droite je vois un couple rigoler, j’arrive à la fin de la rue sur la place, il y a les manèges, des petits pour les enfants, d’autres plus grands de la taille d’un ImMeUbLe et qui prennent beaucoup de place.
    Il y a des stands de tir, des stands pour manger des crêpes, des churros, des glaces, des frites, des sandwiches, pour boire des sodas, orangeades, du thé glacé, il n’y a que l’embarras du choix sous les yeux.
    J’avance encore sur la place : tout au fond, je peux apercevoir une petite grande roue, avec des enfants qui attendent leur tour en file indienne, de l’autre côté de la rue, on distingue une grande maison hantée, on discerne d’ailleurs les cris stridents des personnes qui sont à l’intérieur.
    J’avance toujours et au fond, vers le parc du Truchet, on découvre enfin les manèges pour adultes.
    De grands manèges qui montent, descendent, virent à droite, à gauche, qui donnent le tournis même à ceux qui ne sont pas dedans.
    J’aime beaucoup cet endroit et je ne me lasserai jamais d’aller à la Vogue !

    H.S — seconde 4

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *